Carnet de confinement

Arnaud, Lamin, Karim, Cellou, mineurs étrangers isolés en France n’avaient  ni hébergement, ni nourriture quand le confinement a été décrété. Un appel à dons  a permis à notre Association de financer leur logement et leurs repas. Ils font du travail scolaire dans le cadre de différents groupes -en video, audio…- que nous organisons  

Nous remercions, en leurs noms, et au nôtre,  chaque donateur de sa précieuse contribution.

« Bonjour à tous

Je m’adresse à l’Association Solidarité Jeunes Etrangers

Je me nomme Arnaud, je viens de la Côte d’Ivoire. Je vais parler de ma vie de confinement. Je suis à la maison, avec Lamin, un jeune frère de Gambie. Je partage mes journées de confinement avec lui. Le matin, on essaye de faire le sport ensemble ; après le sport je nettoie la maison. Lamin, lui fait la cuisine et après on mange, on fait des petits exercices. Après l’exercice on essaie d’échanger sur la vie actuelle que traverse le monde, surtout la France. On reste à la maison pour notre bien être et pour ne pas avoir d’amende par la police. 

Je remercie beaucoup l’Association Solidarité Jeunes Etrangers pour leur bravoure envers nous les enfants vulnérables. C’est avec joie émotion que j’écris cette note. J’aime la France. Vive la République. Liberté – Egalité – Fraternité

Arnaud D.

« Je m’appelle Lamin. J’écris ce texte sur la maladie de Covid 19. Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir, mais le printemps ne le savait pas. Les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient. Les jeunes devaient étudier en ligne et trouver des occupations à la maison.

 Les gens ont réalisé l’importance de la maladie, la souffrance de ce monde. 

Je tiens à remercier l’Association qui m’a aidé à faire le confinement à la maison. Vive la République. Vive la France. Merci à vous tous.

Lamin D.

Malick DIOP – apprenti en brevet professionnel Les Arts de la Cuisine – Son restaurant est fermé. Il s’est engagé comme bénévole aux «Ravitailleurs », collectif d’acteurs de la restauration “Je voulais être utile, je me sentais solidaire des plus vulnérables alors j’ai trouvé ma place : je prépare des repas qui sont distribués aux plus démunis”

Accesible en téléchargement l’exemplaire complet du “Carnet de confinement”

Concours d’éloquence

 

Nos 2 équipes ont pris la parole !

“Enfants d’avant”  Harouna – Boubacar – Victor

 “Enfant d’Après”  Moustapha – Assa – Dominique

Nous avons participé au concours d’Eloquence organisé par :

  • le Barreau des Hauts de Seine
  • la Direction Académique des Hauts de Seine
  • le Tribunal de Grande Instance de Nanterre
  • la Ville de Nanterre
  • la Protection Judiciaire de la Jeunesse
  • la Fédération des Espaces Santé Jeunes

C’était le 20 novembre, à l’auditorium du Lycée René Auffray,  pour célébrer les 30 ans de la Convention Internationale des DROITS de l’ENFANT

L’Equipe “Enfant d’Après”  Moustapha – Assa – Dominique

a reçu le prix de l’équipe la plus solidaire

Les Membres du Jury :

  • Madame Catherine Pautrat, Présidente du TGI de Nanterre
  • Madame Catherine Denis, Procureur du TGI de Nanterre
  • Monsieur Vincent Maurel, Bâtonnier des Hauts de Seine
  • Monsieur Abdelaziz Boubker, Directeur territorial de la PJJ 92
  • Monsieur Arnaud Lopez, Directeur des Solidarités Territoriales au Conseil Départemental des Hauts de Seine
  • Monsieur Salvatore Carubia, Proviseur au Lycée René Auffray de Clichy
  • Monsieur Julien Menielle, journaliste vidéaste et créateur de la chaîne youtube “dans ton corps”
  • Monsieur Christophe Collet, journaliste de presse multimedia, rédacteur en chef de magazine de jeux videos
  • Monsieur Timoko Barabas, 17 ans, auteur de l’illustration de l’affiche

“Enfants d’avant”  Harouna – Boubacar – Victor

  a reçu le prix de l’équipe la plus émouvante

Et avec la participation, aux ateliers d’écriture de :

Abdoulaye – Daouda – Henri – Ibrahima  -Karamoko – Saïbo – Salimou – Saliou – Salomé – Siaka – Souleymane –  Youssouf  

Portrait de Moustapha

Je me dis que tout est possible quand on croit. Je suis toujours en apprentissage.

Quand on se  donne à fond c’est impossible de ne pas  réussir  dans ce qu’on a envie de faire